Ces éminences grises qui nous dirigent !

Petite enquête sur les promoteurs de notre politique de santé publique qui ne sont peut-être pas ceux auxquels on pense.

Vous avez souvent entendu l’argument suivant formulé par vos proches ou par vos relations amicales ou professionnelles « il n’y a pas que notre gouvernement qui a pris ces décisions de gestion de la crise sanitaire avec des confinements, des politiques de vaccination massive… c’est toute l’Europe, voire une grande partie du monde qui a agi ainsi.» 

Alors il est vrai qu’il y a encore quelques mois, on avait peu d’arguments à avancer face à de telles affirmations !

Mais depuis quelques temps, les scandales autour de la crise sanitaire s’enchaînent et un des derniers en date nous donne aujourd’hui une réponse un peu plus claire sur la politique quasi générale mise en place par les états pour répondre à la pandémie de Covid 19. 

Et l’organisation mondiale de la santé (OMS) n’est pas étrangère à ce phénomène.

Il faut savoir que cette dernière opère une véritable influence sur les politiques de santé publique appliquées au niveau mondial. 

Et si finalement les recommandations données  par l’OMS n’étaient pas neutres ? Et si ces mêmes recommandations étaient en réalité dictées par des cabinets privés américains dont l’influence jusqu’à ces dernières semaines était encore inconnue du grand public ?

C’est ce que nous allons découvrir au travers de cet article destiné à mieux comprendre ce qui a précipité une grande partie du monde à appliquer des politiques sanitaires identiques et parfois plus que contestables.

Dans une interview donnée par Michèle Rivasi à André Bercoff sur Sud Radio le 12 avril, cette député européenne appartenant au  Groupe des Verts/Alliance libre européenne nous livre son analyse.

Avant de commencer, petit focus sur l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est l’institution spécialisée de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour la santé publique créée en 1948.

Elle régit l’organisation de la santé sur le plan mondial et émet des recommandations à l’ensemble des pays du monde, il est donc important de savoir qui lui donne des conseils, mais également qui la finance.

Depuis quelques années, la fondation Bill et Melinda Gates participe activement au financement de l’OMS, mais aussi de la GAVI  (organisme créé en 2002 pour élargir la vaccination au monde entier, qui siège à Genève), deux institutions qui influencent fortement nos politiques de santé publique. Or, quand on sait que Bill Gates prône une vaccination de masse pour la planète, nous sommes loin de nous situer en terrain neutre.

Mais revenons-en aux cabinets conseils, pour quelles missions sont-ils mandatés auprès de l’OMS?

Ont-ils des compétences en matière de santé publique que n’auraient pas nos scientifiques internationaux de renom ou notre haute administration ? 

Avant d’entrer dans le vif du sujet effectuons un petit retour sur la stratégie de ces sociétés pour se voir attribuer des missions car reconnaissons-le, leur technique est d’une redoutable d’efficacité.

Au départ, ces cabinets conseils proposent des missions gratuites dites « pro bono » (la locution latine pro bono publico signifiant pour le bien public), stratégie efficace au demeurant pour s’introduire dans un système et y perdurer.

Elles offrent leurs prestations gratuitement, puis une fois dans la place les missions suivantes deviennent facturables. Oui, sauf que l’OMS théoriquement ne dispose pas de fonds dédiés à ce type de prestations !

C’est là que les choses deviennent particulièrement troublantes; comme l’OMS ne peut pas financer ces cabinets, c’est une structure privée qui va donner  son  appui financier; et ce généreux donateur qui est-il ? Eh bien encore une fois il s’agit de la fondation Bill et Melinda Gates.

Tiens tiens encore cette fondation ?

Ceci interroge fortement quant à la neutralité de ces cabinets et par ricochet de l’OMS. En effet, Michèle Rivasi souligne cette pratique et déclare :

« Depuis 2011, souvent c’est la fondation Bill et Melinda Gates qui paie Mc Kinsey pour que Mc Kinsey donne des informations à l’OMS; c’est-à-dire  que l’OMS ne paie rien, mais ces cabinets sont payés par la fondation ».

Toujours selon Mme Rivasi, 184 millions auraient été versés à Mc Kinsey et 134 millions d’euros à BCG (Boston Consulting Group). 

« Il y a eu à leur actif les recommandations sur H1N1, et maintenant ils conseillent l’OMS sur le traité international sur les pandémies. » 

Michèle Rivasi, toujours  : « si on veut avoir de bonnes recommandations sur l’intérêt général, encore faut-il regarder si Mc Kinsey a travaillé pour l’industrie. Or, on s’aperçoit qu’entre  2010 et 2011 Mc Kinsey a travaillé pour des laboratoires pharmaceutiques tels que Mercks, Sanofi, Novartis…  il y a  des conflits d’intérêts incroyables ! Donc vous avez un organisme de consultation qui travaille pour le privé, pour des laboratoires pharmaceutiques, qui travaillent pour l’OMS et qui travaillent en plus pour GAVI… Ils sont en train d’homogénéiser toute la politique de vaccination à des fins privées. Ceci aura pour conséquence dans le cadre de nouvelles pandémies mondiales de n’avoir qu’une réponse unique, par exemple si on décide de vacciner toutes les populations plus aucun état n’aura son libre arbitre et nous n’aurons donc plus d’autre choix que de nous soumettre. »

N’oublions pas que le président du conseil européen Mr Charles Michel a annoncé en 2021 le traité international de la pandémie qui prévoit l’organisation de la vaccination, les politiques de confinement, et la distribution des vaccins, et ce traité doit être signé en 2023.

Il a été également acté à Davos de définir une politique mondiale en cas de nouvelles pandémies.

D’autre part, gardons à l’esprit également qu’à l’échelon national, ces mêmes cabinets de conseils, Mc Kinsey en particulier, sont intervenus dans la politique sanitaire de la France face à la pandémie de Covid 19, avec à la clé la politique  du tout vaccinal.

Cette affaire a d’ailleurs donné lieu à une commission d’enquête menée par le Sénat où les représentants de Mc Kinsey ont été auditionnés et sommés d’expliquer leur rôle, entre autres dans la politique de gestion vaccinale de la France.

Autre lueur d’espoir, comme quoi tout n’est pas qu’impunité, dans un récent rapport le parlement américain dénonce les agissements du cabinet Mc Kinsey dans l’affaire des opiacés qui ont entraîné la mort de milliers de personnes, un scandale qui fait grand bruit aux états unis. 

Ceci devrait nous amener à nous interroger sur la raison de la présence de ces firmes, majoritairement américaines, dans l’orientation – entre autres – de la politique de santé de notre pays, alors que nous disposons de sommités scientifiques qui seraient bien plus légitimes à l’élaboration de nos propres politiques de santé publique.

Or tout ceci a conduit à plonger toute une partie de la population dans une grande détresse tant sur le plan psychique que sur le plan social, entraînant des clivages et des divisions non encore résolus aujourd’hui.

Ce qui est clair c’est qu’il existe un véritable savoir-faire de ces firmes en matière d’ingénierie sociale et donc de manipulations en tout genre.

Entre ces cabinets conseils, la propagande médiatico-politique, l’infantilisation du peuple, le torpillage des savants non soumis au discours officiel, nous sommes clairement entrés dans l’ère de la manipulation tous azimuts.

Nous sommes immergés dans un capitalisme de connivence et non plus dans un capitalisme de  libre concurrence comme cela devrait être le cas dans une démocratie. 

Alors ces firmes manipulant en virtuoses les techniques d’ingénierie sociale, auraient elles participé telles des éminences grises à la dérive dans laquelle nous nous trouvons ?

Mais n’oublions jamais qu’au-dessus de ces firmes, les véritables éminences grises de la planète restent ceux qui détiennent l’argent et qui, tapis dans l’ombre, organisent à loisir et toujours dans leurs propres intérêts l’avenir de l’humanité.

Les anglo-saxons ont un proverbe qui illustre bien comment comprendre qui mène le monde, ils disent  « follow the money ». Et si on suit le fil de la finance on se trouve toujours ramené aux fameux fonds de pension et aux banques appartenant à un petit groupe de milliardaires, les fameux oligarques, mais ça c’est une autre histoire.

Et oui si tu suis l’argent tu trouves toujours quelles sont ces fameuses éminences grises mais chut, sinon on va être taxé de complotistes ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :