Le numéro 5 est disponible !

Vous ne l’attendiez plus, mais le voilà, le numéro 5 est disponible !

Voilà un an que la petite équipe d’enQuêtes œuvre à sa mesure à contrebalancer un discours dominant qu’elle estime injuste et délirant. Il nous a semblé assez naturel de revenir vers notre point de départ et de tenter, modestement, un bilan de la période écoulée. Quelles conséquences, ce Covid et les mesures qui ont suivi ? Quel bilan des décisions et des mesures dites sanitaires ?

Comme pour notre précédent numéro : les sources sont accessibles via les liens dans le PDF, les articles de ce numéro ‘papier’ n’étant pas publiés individuellement sur le blog.

N’hésitez pas à laisser questions et commentaires, nous n’enregistrons pas vos adresses email.

Bonne lecture !

enQuêtes, le numéro#4 est sorti !

Le numéro 4 d’enQuêtes est disponible, vous pouvez librement le télécharger et le diffuser autour de vous.

Edito du numéro 4

Guerre de l’information : où sont les journalistes ?

Guerre du Covid, guerre en Ukraine, la guerre, la guerre, la guerre ! Ces mots scandés à l’unisson qui terrifient les peuples et affaiblissent les esprits. Mais pourquoi ne parle-t-on pas de la plus importante des guerres, celle qui rase tout sur son passage, celle qui anéantit à la fois les corps et les esprits, la plus dangereuse de toutes parce qu’on ne la voit pas: la guerre de l’information ?
On nous dit qu’il y a de la propagande en Russie, et c’est certainement vrai, mais chez nous que doit-on penser de nos médias subventionnés qui hurlent tous en choeur ce qu’on leur impose de dire sans jamais se révolter ?

Où sont les journalistes d’antan, ces journalistes d’investigation qui menaient de vraies enquêtes de terrain parfois au péril de leur vie, pas de ceux qui derrière un ordinateur ou sur un plateau de télévision se contentent d’écrire ou de dire ce qu’on leur dicte? Alors messieurs les journalistes que devra-t-on retenir de vous ? Votre médiocrité, votre peur, votre asservissement ou peut être un peu tout à la fois ? Mais si vous ne vous réveillez pas, si vous continuez à cautionner ces discours délétères, voire criminels, vous aurez à assumer vos actes, votre lâcheté et votre complaisance.

Un jour la vérité éclatera, elle a déjà commencé à se frayer un chemin, et quand les effets indésirables des vaccins qui explosent de partout, à peine contenus par votre propagande qui s’essouffle, quand les enfants que vous conduisez à la vaccination sans même savoir ce vers quoi vous les amenez, quand ces victimes vous jugeront pour non-assistance à personne en danger, pourrez-vous encore vous regarder dans la glace ? Parce qu’à ce moment-là il sera bien trop tard pour invoquer des excuses, il sera trop tard pour échapper au verdict !
Alors levez-vous, faites votre travail, divulguez la vérité ! Recouvrez l’honneur perdu de votre profession !

Aujourd’hui ce sont de simples citoyens comme nous ou quelques médias indépendants qui osent faire ce travail pour que les gens puissent sortir de ce discours unique; la liberté ne pourra se reconquérir qu’au prix d’une information étayée, débattue et fouillée.

Alors à vos plumes !

Equinoxe

enQuêtes, le numéro#3 est sorti !

Le numéro 3 d’enQuêtes est disponible, vous pouvez librement le télécharger et le diffuser autour de vous.

Durant deux ans, les médias, le gouvernement, le monde entier n’ont eu de cesse de braquer le projecteur sur la crise sanitaire. Deux ans d’instillation de la peur, de la maladie et de la mort. A peine extraits de cette « crise » et aussi pour faire diversion quand les grands sujets autour de la vaccination commencent à sortir au grand jour, la crise ukrainienne tombe à point nommé pour changer de prisme. Lorsque la bourse commence à montrer des marques de défiance vis à vis des labos, souvent signe avant-coureur de procès à venir, lorsque la multitude des effets indésirables de cette vaccination de masse commence à apparaître au grand jour malgré les efforts renouvelés du monde médical pour ne pas ou peu remonter l’information, ne serait-il pas opportun pour nos élites de détourner l’attention des populations vers de nouveaux sujets ? La guerre en Ukraine, qui reste une tragédie pour les populations, a tôt fait de réaliser la transition.

Le Covid, c’est terminé, enfin pour le moment, changement de programme !
Mais attention, en prenant bien soin de vous servir un discours toujours anxiogène afin que vous ne sortiez jamais de votre torpeur.

Il est tellement plus facile de mettre sous le tapis tous les dégâts générés par la gestion de la crise Covid: psychologie de notre jeunesse anéantie, enfants traumatisés, individus blessés, voire pire, décédés suite aux injections, économie laminée, pauvreté en hausse vertigineuse, mais bien sûr de cela on ne parle pas.

En attendant dans ce numéro, nous ne voulons pas laisser les questions embarrassantes passer sous le tapis et nous ne lâchons pas l’actualité sanitaire. Comptez sur nous pour apporter un éclairage alternatif étayé sur la guerre en Ukraine dans les semaines à venir.

Bonne lecture à tous !

Le numéro 2 est disponible !

Un format court à distribuer et faire circuler, à mettre entre toutes les mains !

La deuxième version ‘papier’ de ce journal est disponible. Vous pouvez librement le diffuser autour de vous, en version électronique ou en l’imprimant, tout est gratuit.

Nous avons choisi certains des articles du blog, parfois condensés, mais vous verrez, il y a aussi quelques nouveautés… on vous laisse découvrir !

Vos retours sont précieux pour nous. N’hésitez pas à nous dire ce qui vous a plu, déplu, ce que vous aimeriez voir dans un prochain numéro. Laissez-nous un commentaire sur le blog, aucune authentification n’est nécessaire, et nous ne vérifions pas – ni ne stockons – vos adresses mails.

Bonne lecture !

Les effets indésirables des vaccins Covid

D’après la base de données Vigiaccess.org au 24/11/21.

Cette base de données est constamment réactualisée et cela permet donc de constater la rapidité avec laquelle les effets concernant la vaccination anti-covid évoluent. Plus de 129 000 effets constatés en 5 jours !

  • Oreillons 714 sur 50 ans        
  • HCQ  32641 sur 54 ans  
  • Ivermectine 5705 sur 30 ans
  • Rougeole 5832 sur 54 ans       
  • Ibuprofène  166209 sur 53 ans
  • Tylenol 166 359 sur 54 ans
  • Poliomyélite 122 426 sur 50 ans    
  • Levothyrox 122 624 sur 53 ans 
  • Aspirine 184 481 sur 54 ans
  • Tetanos  15 127 sur 54 ans      
  • Prozac    75 998 sur 35 ans
  • Variole   6 894 sur 54 ans
  • Rotavirus 69 183 sur 22 ans
  • Pneumocoque 234 783 sur 42 ans
  • Grippe 274 847 sur 54 ans
  • Diphtérie  1 882 en 42 ans
  • Rage  12 378  en 53 ans
  • COVID 19  sur 2020/2021   2 585 588 (2298 EN 2020)   +129 200 EN 5 JOURS

Tout est dit en peu de mots, il est plus que temps d’ouvrir les yeux !

Azibane

Les unités

Les chiffres, tous les chiffres, rien que les chiffres

Tout au long de cette crise, nous avons pu voir que les médias jouaient en permanence avec les indicateurs en fonction des messages à faire passer. Faire peur ou au contraire minimiser, quitter un indicateur pour masquer un renversement de tendance, alterner pourcentages fantaisistes et chiffres bruts…
Toutes ces statistiques constituent une belle salade à laquelle il est important de s’intéresser car ces données sont l’un des premiers éléments objectifs montrant la partialité des médias et les manipulations gouvernementales.
Ici, on ne contestera pas les chiffres officiels. Ce n’est pas la peine. S’intéresser à leur mise en valeur et l’utilisation qui en est faite suffit à nous mettre, comme on dit, la puce à l’oreille.

Même si l’on peut admettre que certaines unités sont habituellement utilisées pour certains taux, il ne faut pas négliger que l’utilisation de celles-ci peut modifier fortement la perception des chiffres. Imaginez si au lieu de dire : « 8 français sur 10 hospitalisés ne sont pas vaccinés et le taux d’incidence est de 150 pour 100 000 », vous dites : « le taux de vaccinés hospitalisés est de 20 000 sur 100 000, et le taux d’incidence du virus 0.15 % »…  Cela ne fait pas le même effet ! Et pourtant ce sont les mêmes chiffres officiels.

Triste Science

Ou comment la pseudo-Science gouverne incognito

Depuis le début de ce qu’on appelle l’état d’urgence sanitaire, notre vie sociale obéit à la voix de la Science.

Aya, tous droits réservés

Les gouvernants prennent les mesures les plus extrêmes en son nom, à travers les productions de documents, baptisés ‘études’, d’une poignée d’individus censés représenter la communauté scientifique dans sa totalité, alors que ces études ne sont jamais soumises à contre-expertise, ce qui devrait pourtant être le lot de toute production scientifique.

Études, voilà le mot qui sort des bouches de Saint-Média, mais leur lecture attentive frappe par sa rédaction au mode incertain ponctué par des il semble, il se pourrait, on s’attend à, on suppose, un fatras d’hypothèses, à partir desquelles, grâce à une machinerie mathématique flamboyante jouant ici le rôle de la boule de cristal, on sort des conclusions ayant valeur de vérité en mode définitif. Ce sont ces apprentis-sorciers redoutables qui maintiennent une population captive dans la peur permanente du rebond épidémique pronostiqué par leurs simulations pseudo-scientifiques : elles constituent le socle de la désinformation gouvernementale et la seule justification des mesures autoritaires nocives qu’on nous impose.

L’accusation est grave, visant des personnels attachés au renommé Institut Pasteur, mais les faits sont là : toutes ces études ont produit des conclusions fausses sans exception aucune.

Un mathématicien a décidé de mettre en cause la validité mathématique même du travail, en dénonçant une fraude scientifique1 suffisamment sérieuse pour porter l’affaire en justice, concernant une étude datée du 28 juin 2021 qui a servi de justification aux mesures annoncées par le président Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021.

Cette étude repose sur les hypothèses suivantes concernant l’efficacité du vaccin :

· réduction de 95% du risque d’hospitalisation

· réduction de 80% du risque d’infection

· réduction de 50% de l’infectiosité 

A partir d’hypothèses discutables, on en arrive à la conclusion que ce sont les non-vaccinés qui vont diffuser l’épidémie et tomber malades.

Ces données ont été établies, sans avoir pu mesurer l’impact réel du nouveau variant delta alors en début de croissance, les rendant donc invalides.

Des hypothèses qui se révèlent effectivement fausses

Dans une note d’alerte datée du 27 Août 20212, le Conseil scientifique reconnaît:

« …Les vaccins, bien que protégeant efficacement contre les formes graves (90%), ont une efficacité limitée vis-à-vis de l’infection par ce variant Delta, avec une protection vaccinale estimée initialement à 80-90%, puis plus récemment autour de 50%. Les personnes vaccinées étant elles-mêmes capables d’infecter leur entourage… »*

De plus, des hypothèses concernant le taux de reproduction R de l’épidémie ont été systématiquement surestimées à tort dans toutes leurs études, justifiant les scénarios catastrophistes. A titre d’exemple : où sont les 400000 morts annoncés par le président Emmanuel Macron lors de la seconde vague et les 9000 patients en réanimation ?

Ces savants d’opérette inlassables annoncent une cinquième vague automnale moyennant leurs nouvelles hypothèses encore plus alarmistes, sans modifier d’un iota leur modèle mathématique défectueux.

Sur quelles bases ? Le variant delta est en pleine extinction ? Ou bien une nouvelle mutation virale ? Hypothèses toujours ! A moins qu’il ne s’agisse d’une vague saisonnière classique de maladies respiratoires en tous genres, conduisant à des hospitalisations, labellisées « Covid » ? 

Que d’hypothèses accumulées, dont celle d’une efficacité vaccinale pourtant remise en cause partout dans le monde, contrastant avec cette insolente certitude sur ce qui est bon pour la protection de la population !

Les hypothèses ont valeur de conclusion

· Il faut avoir peur des non vaccinés, des futurs variants, la vaccination seule est efficace contre la maladie

· Le seul salut est de tendre vers une vaccination universelle, englobant les jeunes en bas âge pour lesquels le rapport bénéfice/risque est clairement défavorable, avec des vaccins de moins en moins efficaces, dans un cycle infernal d’injections perpétuelles dont les effets indésirables commencent à prendre des proportions pour le moins inquiétantes, qui seront de plus en plus difficiles à camoufler.

Un modèle mathématique dont les conclusions sont dans les hypothèses, et les hypothèses elles-mêmes fausses : est-ce cela la Science ?

Néanmoins, reprises sans examen critique par l’ensemble des institutions de la République : la fraude scientifique et la politique font bon ménage.

La Politique et la Science n’en sortent pas grandies.

Azibane


Les sources de cet article

  1. La plainte de Vincent Pavan et Maître Heringuez : Une loi qui repose potentiellement sur un document faux
  2. La note du conseil scientifique : Note d’alerte du Conseil scientifique COVID-19, 20 août 2021, Fin de la période estivale et pass sanitaire

Le point sur… le consentement libre et éclairé

Quelques repères légaux sur une question à ne pas prendre à la légère.

Le consentement libre et éclairé est un droit détenu par chaque citoyen français dans le cadre médical. Le consentement est libre lorsqu’il est donné sans contrainte, et éclairé quand la personne a bénéficié de toutes les informations nécessaires à sa prise de décision.

Ce droit est garanti par plusieurs articles du Code civil et du Code de la santé publique.

L’article L1114 du Code de la santé publique dans son alinéa 4 dispose « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ».

L’article L4127-36 du Code de la santé publique dispose « Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposés, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences ».

Le fait de recevoir un quelconque produit sans information sur ce qu’il contient ou ce qu’il peut engendrer comme effets secondaires représente pour le médecin une faute qui engage sa responsabilité civile et l’expose à une sanction disciplinaire.

La fabrique du consentement

« Qui contrôle les médias contrôle les esprits »  Jim Morrison

La manipulation de masse est une pratique de manipulation psychologique à des fins d’escroquerie, on la nomme également ingénierie sociale.

Dans ce type de manipulation les protagonistes usent de plusieurs techniques pour arriver à leurs fins.

La première technique couramment utilisée consiste à distraire les gens. Cette technique n’est d’ailleurs pas nouvelle puisque l’expression Panem et circenses, du pain et des jeux, est utilisée par Juvénal, un écrivain et poète de la Rome antique, pour fustiger l’immobilisme des citoyens de Rome face aux intrigues des dirigeants et aux manœuvres qu’ils emploient pour parvenir à contenir la population. L’idée est que du moment que le peuple a de quoi manger et se divertir, les puissants peuvent faire ce qu’ils veulent, ils ne seront pas inquiétés.

Depuis deux décennies les smartphones, les jeux vidéos puis les réseaux sociaux et la téléréalité ont pris une place omniprésente dans nos vies, nous plongeant dans une sorte d’hypnose permanente, occultant au fil du temps tout esprit critique.

La seconde technique de manipulation consiste à créer un problème puis à y apporter une solution. Prenons l’exemple du Covid, un nouveau virus arrive, inconnu, nos dirigeants plongent le peuple dans un état de peur paralysante en déclamant des « nous sommes en guerre » ou bien en faisant telle une litanie le décompte des morts quotidiennement. La population sous l’effet de la sidération n’attend plus qu’une seule chose, la solution. Il est facile alors de proposer le graal pour apporter une réponse. Ici le vaccin est la solution, seul sésame pour sortir de cette tragédie.

La troisième technique est de s’adresser au public comme à un enfant en bas âge. En diffusant à longueur de temps des publicités sous forme de clips infantilisants ou d’annonces se basant sur le registre des émotions (là on voit une grand-mère tellement heureuse de revoir ses petits-enfants après son injection), on ramène le public à un état enfantin.

Or quand on s’adresse au public comme à un enfant la réponse du public sera tout aussi dénuée de sens critique que le serait celle d’un enfant, c’est le principe de la suggestibilité. La suggestibilité est une disposition psychique qui conduit un sujet à se soumettre facilement à toute suggestion et à y obéir.

Une quatrième technique consiste à remplacer la révolte du peuple par la culpabilité. On y est les amis, les arguments n’ont pas manqué pour faire culpabiliser les gens : si tu ne mets pas de masque tu vas contaminer ta grand-mère, si tu sors pendant le confinement tu vas mettre en danger les autres, si tu ne te fais pas vacciner tu es un mauvais citoyen, etc. Cette technique est d’ailleurs remarquable pour créer la division au sein des familles, des cercles amicaux, jusque dans la sphère professionnelle. Et on le sait, « Diviser pour mieux régner » est une maxime vieille comme le monde. Pendant que nous nous divisons les gouvernants ont le champ libre pour mener à bien leurs actions liberticides.

Pour reprendre la conclusion de Jasper Mader dont cet article est inspiré :

« Ils nous ont dit quoi penser, comment penser, quoi croire et quoi dire et on se pense tous libres de nos choix, de nos pensées et de nos actions. En réalité on ne se rend pas compte à quel point on est manipulés et contrôlés mais rien que d’en être conscients c’est un premier très grand pas. »

Equinoxe