C’est dans l’air ou l’investigation frelatée

C’est l’émission incontournable pour ceux qui rêvent d’avoir leur trouillomètre à zéro après une journée de dur labeur. Il y en a qui aiment visionner les films d’horreur sous leur couette à l’heure du crime; et d’autres qui subissent les litanies toxiques de l’horreur au quotidien sans broncher.

La recette est immuable, de par ses ingrédients constitués d’un trio d’autorités médicales au dessus de tout soupçon, principe d’autorité oblige, accompagnés de leurs indispensables faire-valoir du monde médiatique… pas neutres pour un sou. Surtout, règle absolue, nul n’a accès à ces discussions de salon de thé pour rompre un consensus bien huilé au départ.

Nouvelles dramatiques

L’émission du 8 novembre 2021 ne déroge pas à cette règle, on ne change surtout une équipe qui gagne…. la confiance des gens crédules, ou trop fatigués par la journée pour trouver à redire aux pseudo vérités débitées rituellement. Le titre est prometteur, ce jour là, on ne va surtout pas en perdre une miette:

500000 MORTS CET HIVER… L’EUROPE EN ALERTE 

Le sujet ne tombe pas du ciel, le président parlant le lendemain, le but est clair, c’est d’accompagner en lever de rideau la parole divine. Voici des extraits, tirés de l’émission, pour l’intégralité consulter la vidéo de l’émission du jour.

‘La reprise épidémique se confirme se confirme en Europe et l’OMS tire la sonnette d’alarme: le rythme très préoccupant de transmission du virus sur le vieux continent pourrait causer 500 000 morts supplémentaires du Covid-19 d’ici février si aucune mesure n’est prise pour enrayer ce rebond.’

Des prédictions hasardeuses

On retrouve l’inévitable rhétorique du ‘si on ne fait rien’ et donc, il faut faire quelque chose, et ensuite on voit ce qui nous tombe dessus! Mais justement on a toujours fait quelque chose, on n’a pas arrêté de prendre des mesures, toutes plus folles les unes que les autres et on a vu le résultat.

L’usage du conditionnel de rigueur ‘il se pourrait bien que…’: un potentiel forcément funeste. Un gros chiffre ça impressionne, allez, va pour 500000 ! Une échéance dans le temps, pour préparer les esprits : 3 mois. Les astrologues distribuent leurs opuscules un an à l’avance, alors les experts en épidémiologie peuvent bien les imiter après tout… mais ne riez surtout pas, car tout ce qu’on dit là, c’est parce que. c’est dans l’air ! Et qui est concerné par ces futures réjouissances? ‘Le vieux continent’. Autant préciser l’Europe géographique et ses 750 millions d’habitants plutôt que les 450 millions de l’UE, habituelle référence européenne.

Quid de la Russie ?

Entrons dans le vif du sujet.

‘Une flambée depuis plusieurs semaines des contaminations à l’est où la couverture vaccinale est faible: Russie, Roumanie, Ukraine…’

Entre mi-juin et le 8 novembre on passe de 370 à 1200 morts. Aux mêmes dates l’an dernier, sans vaccination c’était de 160 à 324. Cette année la vaccination a progressé, pour la période de 10% à 35%. Malgré la progression continue de l’injection à 40%, fin novembre on reste à ce plateau élevé de victimes.

Alors, on va m’accuser de biais, corrélation n’est pas causalité! Certes, mais pourtant c’est ce que fait la propagande qui s’exonère de ce principe quand ça l’arrange, en liant toute décroissance de l’épidémie à la seule vaccination ou aux mesures sanitaires prises, comme on l’a vu chez nous, quand la vague d’été qui devait tout emporter a été réduite à une vaguelette…grâce à… devinez ?

Par ailleurs, pourquoi, une émission qui se prétend sérieuse, n’examine pas d’une façon plus fine le cas d’un aussi grand pays aux situations régionales disparates qu’est la Russie : une fédération avec des politiques vaccinales diverses; pourquoi ne pas étudier ces disparités pour faire ressortir d’éventuelles corrélations entre zones vaccinées et nombre de morts, par exemple dans les régions peu peuplées ?

Et la Roumanie ?

D’un pic de morts de 450 début novembre, à 180 à la fin, alors que la vaccination a progressé de 33 à 38%, qualifiera-t-on ça de miracle vaccinal ?

Et quand trop de corrélations se multiplient, est-il outrancier d’envisager une certaine causalité ?

Pauvres pays trop peu vaccinés…?

Parlons-en un peu de ces ‘pauvres pays’. Pourquoi ne pas parler de Madagascar, pays très pauvre, vacciné à 1%, et qui attaché à un ‘obscurantisme’ de traitement par les plantes s’en sort haut la main ?

Mieux encore, l’Indonésie avec ses 275 millions d’habitants et seulement vaccinée à 33%, comme la Russie, ne compte pratiquement plus de morts depuis 2 mois après un pic impressionnant début août (moins de 10% de vaccinés alors).

Qui a diffusé que l’Ivermectine était distribuée dans ce pays depuis cet été ?

Tout comme pour l’Inde, car pas intéressant à signaler: il n’y a plus de morts et ô horreur, la vaccination patine !

Comme quoi il est facile à partir d’une poignée de situations de tirer des jugements sans appel, pour les besoins d’une cause plus que douteuse.

Aux Pays-Bas

‘Aux Pays-Bas, confrontés à une hausse spectaculaire des cas, des restrictions sont mises en place’.

Une vaccination supérieure à la notre et on constate 3 fois plus de décès à proportion de la population.

En Allemagne et en France

‘La vaccination stagne en Allemagne sous le seuil des 70%’

Et les médias annoncent immédiatement une remontée en flèche des cas, tous non vaccinés comme de bien entendu. On nous avait pourtant bien promis l’immunité à partir de ce seuil, non ? Pardon, il y a eu le Delta !

En France c’est identique, avec 4 fois moins de morts.

Quid des traitements administrés? Quid de l’effet saisonnier? Dans les pays cités en cette période il influe fortement sur la remontée des infections en tous genres.

De cette énumération rapide de situations hétérogènes on pourra conclure charitablement pour nos informateurs de plateau qu’ils auraient pu se montrer plus mesurés dans leur état des lieux.

Épidémie de cas, et de mesures

‘En France, où près de 10 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures par Santé Publique France, soit deux fois plus qu’il y a trois semaines, c’est également le temps des mesures.’

Bien docteur !

Les cas, toujours les cas, en fait des positifs à un test qui n’a absolument pas de valeur diagnostique, reconnu désormais par le CDC incapable de différencier un virus plus qu’un autre et qui recommande à ce titre de ne plus utiliser ces méthodes peu fiables, pour rester dans un registre pudique.

Dans l’antichambre du pouvoir

On attend la prise de parole d’Emmanuel Macron mardi soir. Le chef de l’État (attendu comme le messie) abordera la crise sanitaire avec sans doute l’objectif de donner un coup de fouet à la campagne vaccinale qui patine depuis la rentrée.’

sans doute’ ?: ils sont dans l’antichambre du pouvoir, alors bas les masques, aucun doute ! ‘Donner un coup de fouet à’.. sa campagne électorale. ‘La vaccination patine’ qu’à cela ne tienne, C’est dans l’air vous offre une nouvelle dose en primeur.

Pourtant à consulter la liste qui s’allonge de tous ces pays heureux bénéficiaires de la sainte injection, il n’y a pas de quoi se presser : Israël, le Royaume-Uni, Gibraltar, Singapour, Islande, Hongrie, Slovaquie, Tchéquie, Serbie… liste non exhaustive.

Pour le moment, les hôpitaux ne sont pas saturés ‘mais, qu’on se rassure… ‘Une enquête conduite à l’initiative du Conseil Scientifique début du mois d’octobre a livré un constat alarmant: près de 20% des lits seraient actuellement fermés dans les CHU et les CHR en raison d’une pénurie de personnel’. Constat alarmant, scoop, C’est dans l’air, émission d’investigation hors pair, qui s’émeut de découvrir cette situation, pas alarmée en revanche par la suspension des personnels soignants coupables de refus vaccinal. Donc avec un peu de chance, grâce à cette pénurie on pourra voir les hôpitaux saturés, et s’alarmer pour de bon.

Ce qui ressort de tout ce déploiement de nouvelles glauques à sens unique pour le moins contestables, c’est que nous sommes aux antipodes d’une vraie émission d’information, aussi un dernier conseil, en toute amitié, ne regardez plus C’est dans l’air, mais plutôt

prenez l’air !

Les chiffres mentionnés dans cet article sont consultables sur la plateforme Google ‘Chiffres Covid’.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :